by Transposh - translation plugin for wordpress

Nos animaux et la balance…

Labrador Retriever

En ce début d’année 2015, nos chiens et chats ont sûrement, tout comme nous, quelques kilos à perdre !

Peut-être ont-ils fait quelques excès pendant les fêtes… Alors si votre animal a pris du poids, il est temps maintenant de prendre de bonnes résolutions et de faire attention à son alimentation !

Beaucoup de propriétaires d’animaux se questionnent sur le poids idéal que devrait faire leur petit compagnon. Pas toujours facile de savoir si son animal est trop gros, trop maigre…

Une fois le poids optimal défini, une pesée régulière chez le vétérinaire est capitale. Chez un jeune animal, elle permet de contrôler sa croissance et sa courbe de poids et ainsi d’adapter les quantités de nourriture à donner. Chez un adulte qui a atteint son “poids de forme”, elle permet de vérifier qu’il reste stable !

Savez-vous combien pèse votre chien ou votre chat ? Avez-vous une idée de son poids idéal ?
Connaissez-vous toutes les conséquences d’un excès pondéral sur la santé et l’espérance de vie de nos animaux de compagnie ? L’article suivant, disponible sur notre site Internet, va vous permettre de répondre à ces questions. Vous saurez ainsi si votre animal est en surpoids et serez convaincus de l’importance de surveiller sa ligne !

Thème du moment: Le Tartre

LE TARTRE :  pensez-y            . 

 

 

Qu’est-ce que le tartre ?

La plaque dentaire est une substance essentiellement constituée de protéines 

salivaires, d’aliments (sucre et acide), de bactéries et leurs toxines. En temps normal, la plaque dentaire est éliminée lors d’un brossage des dents, mais lorsque ce n’est pas le cas, celle-ci se développe pour former un « tas ». Face à cela, la salive du chien ou du chat (comme pour les humains) contient une concentration importante de calcium qui avec le temps va faciliter la minéralisation de la plaque dentaire pour former le tartre.

Le meilleur moyen de lutter contre l’accumulation de la plaque dentaire consiste à brosser régulièrement les dents de votre animal. 

Le problème est que, non seulement il n’est pas évident de lui brosser les dents, mais de plus, pour empêcher la formation de tartre, le brossage doit être parfait, c’est à dire rendre les dents bien lisses. 

Il existe d’autres méthodes permettant de ralentir l’apparition du tartre. Ces méthodes ne sont pas aussi efficaces que le brossage mais sont une alternative bien plus facile.

Lorsque le tartre est déposé, seul un détartrage permet de l’éliminer.

Quelles sont les conséquences du tartre pour votre animal ?

Certains chiens peuvent souffrir de l’apparition du tartre plus tôt que d’autres notamment les races de petites tailles qui peuvent en avoir dès 1 ans. Il faut donc régulièrement examiner les dents de votre chien. Sans traitement, le tartre et la plaque dentaire s’installent sous la gencive. Se déroulent alors plusieurs étapes, par ordre d’évolution :

La gencive s’enflamme et devient douloureuse. Votre chien souffre alors de gingivite (inflammation des gencives), il a mauvaise haleine. 

Si elle n’est toujours pas soignée, l’infection progresse pour atteindre l’os de la mâchoire et le ligament dentaire qui attache la dent à l’os. A ce stade, nous parlons de parodontite : les dents se déchaussent, tombent, des abcès se forment. La prise alimentaire devient alors difficile.

Sans soin, ces infections peuvent se généraliser, et si elles sont véhiculées par le sang, elles peuvent alors atteindre d’autres sites : cœur, os, prostate, reins…

En conclusion, un tartre non soigné peut conduire avec le temps à des complications pouvant être graves. 

Quand devez-vous vous inquiéter ?

La mauvaise haleine, tout d’abord.

Les signes de douleur ne sont pas toujours évidents à déceler, mais certains signes doivent vous alerter : baisse d’appétit (en particulier s’il préfère manger les aliments mous type pâté, par rapport aux croquettes), salivation importante, sang dans la salive, retrait ou agressivité lorsqu’on lui touche le museau ou que l’on veut lui soulever les babines.

Que faire si votre animal a du tartre ?

La meilleure solution est de le faire détartrer, pour repartir sur des bases saines.

C’est une intervention sous anesthésie générale, qui ne fait pas mal. Il est réalisé à l’aide d’appareils à ultrasons comparables à ceux qu’utilisent les dentistes.

Parfois l’extraction de dents déchaussées est nécessaire.

Le détartrage est un traitement et non une méthode préventive. Pour retarder au maximum le dépôt de tartre à venir, et donc le prochain détartrage, il existe des méthodes préventives.

Faut-il  privilégier une alimentation sèche ou humide pour prévenir la formation du tartre ?

 Sèche : l’action mécanique de la mastication est primordiale dans la prévention de la plaque bucco-dentaire. En ce qui concerne la nourriture humide, qu’elle soit ménagère ou industrielle, l’animal va avaler quasiment sans mastiquer, et ne se servira presque pas de ses dents.

L’alimentation diététique vétérinaire a-t-elle un rôle dans la prévention du tartre ?

Oui : la taille des croquettes, leur texture, et même l’agencement des fibres au sein de la croquette sont des facteurs importants.

Ils ont été pris en compte par certaines marques de croquettes diététiques vétérinaires, qui ont conçu des aliments permettant de ralentir considérablement la formation du tartre.

Puis-je détartrer moi-même mon animal en « grattant » avec un instrument ?

Agir ainsi n’est pas une bonne idée. En effet, une bonne partie du tartre est située entre la gencive et la dent, en profondeur. C’est lui qui déchausse la dent et sera responsable de sa chute. Ne retirer que la partie visible du tartre revient à ne s’occuper que de la partie visible de l’iceberg, le reste étant inaccessible.

Faut-il nécessairement anesthésier l’animal pour faire un détartrage ?

Oui, pour plusieurs raisons : 

Tout d’abord, on utilise un appareil à ultrasons, comme pour les humains. Il faudrait être nombreux à tenir l’animal pour effectuer la tâche, il faudrait le tenir très fermement, et le stress généré par tout cela serait terrible pour lui.

Ensuite, c’est un acte qui pour être bien réalisé, nécessite de prendre son temps, d’avoir un animal couché et immobile, et un bon accès aux faces internes et externes de toutes les dents, molaires comprises.

Enfin, pour retirer le tartre situé sous la gencive, on doit glisser la pointe du détartreur parfois assez profondément le long des racines, dans les poches formées, et certaines dents trop abîmées devront même être retirées sinon ces dents resteront trop douloureuses pour l’animal.

Que faire en prévention ?

Comme nous l’avons déjà dit, le meilleur moyen reste le brossage des dents avec du dentifrice.

Encore faut-il arriver à convaincre l’animal… le mieux est de commencer chez le jeune : l’habituer d’abord à l’absorption du dentifrice puis à un simple massage des gencives avec un doigt, puis à l’application du dentifrice sur les dents avec le doigt, et enfin à la brosse ou au doigtier.

Un brossage 3 fois par semaine, voire tous les jours, est conseillé.

D’autres produits d’hygiène buccale sont aujourd’hui disponibles, qui peuvent remplacer, ou, mieux, compléter le brossage :

Dentifrice sans brossage : le gel ou la pâte sont simplement appliqués, et adhèrent un certain temps sur les dents. Ils peuvent contenir des complexes enzymatiques, des antiseptiques, des abrasifs doux et même des polymères formant un bio film sur la dent.

Solutions dentaires : à asperger sur les dents ou à mélanger à l’eau de boisson, elles contiennent un antiseptique à action anti-plaque. A utiliser en complément du brossage.

Complément alimentaire à base d’algues : présenté sous forme de poudre à mélanger à la ration, est une algue marine aux effets anti-plaque dentaire reconnus.

Lamelles et barres à mâcher : elles ont une action à la fois mécanique (par le fait de mastiquer) et biologique (elles contiennent un antiseptique et/ou un complexe enzymatique). Elles sont très pratiques à donner.

Que choisir comme alimentation ?

Favoriser la mastication permet d’inhiber en partie l’adhésion de la plaque dentaire (action mécanique et stimuler du fluide salivaire). Les croquettes que l’animal mâche longuement sont théoriquement préférables aux boîtes. D’où l’intérêt des aliments secs à objectif dentaire, caractérisés par un grand volume, la présence de fibres qui « brossent » les dents et la faible teneur en minéraux dont est constitué le tartre. L’effet autonettoyant est le même que celui obtenu avec les barres ou les lamelles  à mâcher.

VOS QUESTIONS, NOS REPONSES

 

Faut-il détartrer un chien ou un chat âgé de plus de 10 ans ?

Avec les techniques d’anesthésie fixe et gazeuse actuelles, adaptées à l’état de santé de votre animal, l’âge n’est plus un facteur limitant. Bien sûr, l’anesthésie n’est pas un acte anodin et le risque zéro n’existe pas, mais les protocoles et équipements actuels permettent d’endormir de très vieux animaux, cardiaques, insuffisants rénaux ou hépatiques avec des risques limités.

Par contre, laisser son animal avec une grosse infection dentaire, des dents déchaussées ou douloureuses, et des mâchoires infectées, est au moins aussi dangereux et inconfortable (pour l’animal, et le maître) qu’une anesthésie raisonnée.

Le détartrage fait-il tomber les dents ?

Non. Ce n’est pas le détartrage, mais au contraire l’absence de soins bucco-dentaires, ou des soins trop tardifs, qui sont responsables du déchaussement des dents, et donc de leur perte. Si les dents tombent lors d’un détartrage, c’est qu’elles ne tenaient que par le tartre.

A quelle fréquence faut-il détartrer son animal ?

Il n’y a pas de fréquence type. Cela dépend de l’état des dents et des gencives. Les animaux sont inégaux face au tartre, certains nécessiteront un détartrage annuel (voire bisannuel) alors que d’autres n’auront jamais besoin d’être détartrés.

Les dents de mon chien sont jaunes, est-ce du tartre ?

Attention, tout n’est pas du tartre. Certaines colorations de l’émail n’ont rien à voir avec du tartre et ne partiront pas avec le détartrage. Malgré tout, des dents blanches qui deviennent progressivement jaunes puis brunes, le tout accompagné d’halitose (mauvaise haleine) et d’une gingivite, sont très souvent le signe de plaque et de tartre bucco-dentaire.

Doit-on retirer les dents de lait qui ne sont pas tombées, et à quel âge ?

De manière générale, les chiots et les chatons naissent sans dents. Les dents déciduales (de lait) vont apparaître progressivement, et la première denture est complète à 3-4 mois. Puis ces dents de lait vont faire place aux dents définitives, plus grosses et plus solides.

Si ces dents de lait ne tombent pas seules (fréquents chez les petites races de chien), il faut les retirer car elles empêcheront les dents adultes de pousser correctement, et génèreront plus de tartre et d’infections plus tard.

A quoi est due la mauvaise haleine de mon chien ?

Le plus souvent elle est liée à la multiplication de bactéries au sein de la plaque bucco-dentaire, elle-même précurseur du tartre. C’est pourquoi un traitement antiseptique ou antibiotique pourra  temporairement faire disparaître cette odeur. Mais sans détartrage ni soins dentaires, cette mauvaise haleine reviendra très vite, dès l’arrêt des traitements.

Peut-on détartrer un animal au cours d’une intervention chirurgicale ?

Oui, s’il s’agit d’une chirurgie peu invasive et de courte durée. 

Par contre il est toujours contre-indiqué de détartrer un animal au cours d’une chirurgie plus lourde, par risque de dissémination de germes au sein de ladite chirurgie, mettant en péril le résultat de l’intervention. Il en est de même si cela rallonge trop le temps opératoire.

Quels sont les facteurs prédisposant à l’apparition du tartre chez le chien ?

Les principaux facteurs sont la race (petites races généralement plus prédisposées), l’âge, l’alimentation, le défaut d’entretien (brossage, compléments alimentaires,…), mais aussi plus rarement fractures mandibulaires, gingivites et tout ce qui peut limiter la mastication.

Un animal peut-il s’alimenter si on lui retire la totalité de ses dents ?

Oui, et il s’alimentera d’autant mieux qu’il n’aura plus mal à la bouche. La cicatrisation et la récupération sont en général très rapides, et l’animal remange souvent dès le lendemain.

Il mangera le plus souvent une nourriture humide (ou semi-sèche, c’est-à-dire croquettes humidifiées), mais certains chats ou chiens, totalement édentés, mangent toujours des croquettes. Ils peuvent alors soit les avaler, soit les mâchouiller en les humectant avec leur salive.

 

     

   

 

Les Animaux Champions

 

Les animaux n’ont pas fini de nous étonner !
Voici quelques records parmi les très nombreux exploits dont sont capables nos amis les animaux, exploits face auxquels même le plus doué des humains fait souvent pâle figure !
De quoi rester très humble face à nos amis les bêtes…Record de longévité

Allégement des conditions à remplir pour voyager vers certains états de l’Union Européenne

voyageJusqu’à fin 2011, les conditions à remplir pour voyager vers certains pays de l’Union européenne étaient beaucoup plus drastiques que pour les autres états membres.
C’était notamment le cas des déplacements touristiques avec des carnivores domestiques (chien, chat, furet) vers le Royaume Uni, l’Irlande, Malte, la Suède ou encore la Finlande.